.

Imam Jafar Cadiq (P)

X
 
  • -

  • Imam Jafar Cadiq (P)



    Imam Jafar Cadiq (P)
    Le sixime Imam est Jafar Cadiq, fils de Muhammad (P). Sa mre est Ftima (dont lautre nom est Ummu Farwah).
    LImam est n Mdine, le lundi 17 rabiI, (le jour Anniversaire de la naissance du Prophte (p)) en lan 83 aprs lhgire. Il vcut environ 16 ans aux ctes de son grand-pre Zein Al Abdine (P) qui lui fit faire ses premiers pas dans la voie de la Connaissance. Son pre, lImam Al Bqir (P) compltera durant 15 ans le reste de cette Sainte ducation hrite de leur grand-pre le Prophte Muhammad (P).
    Il possdait un grand savoir et des qualits suprieures. Il tait un homme de sagesse, connaisseur de la charia et pieux. Il tait sincre, juste; un homme de grandeur, de gnrosit et de valeur. Il tait dot de beaucoup dautres qualits.

    Cheikh al-Mufd raconte : Les savants religieux acquirent de lui beaucoup plus quils navaient appris de tout autre membre des Ahlul Bayt (p). Personne na t aussi prolifique que lImam Cadiq (P) quant la propagation de la religion parmi les Ulmas de lhistoire religieuse et du Hadith.
    En ralit le nombre de savants religieux (srieux et appartenant diffrentes coles) ayant acquis des connaissances de lui, atteint quatre mille.
    A commencer par Zeid le frre de lImam Cadiq (P) qui tmoigna en ces mots pleins de sincrit et de sagesse en faveur de son frre :
    A chaque poque de notre histoire, Dieu choisit un parmi nous les Ahlul Bayt pour tre le Ple. Pour notre poque le Ple est mon frre Jafar Cadiq (P). Ne se perdra pas celui qui le suit. Se perdra celui qui ne le suit pas.
    Ce mme Zeid fut tu a la suite dune rvolte quil mena contre les Ommeyades (par Icham fils de Abdoul Malik fils de Marwn) et fut considr aprs sa mort par certains chiites comme le sixime Imam malgr le tmoignage unanimement reconnu quil porta sur son frre. Cette branche des chiites est surnomme aujourdhui Zeidiya.
    Abu Hanifa, le chef de lune des cinq coles, tait galement un des disciples de lImam Cadiq (P). Il dit ceci de son matre :
    Si ce ntait pas ces deux annes [que jai passes tudier auprs de lImam Jafar Cadiq], jaurais pri dans la maldiction [davoir mal dirig ma communaut] [31]
    Le chef Mansour convoqua un jour Abu Hanifa et lui demanda de prparer des questions des plus pointues qui soient afin darriver embarrasser lImam Cadiq. Lorsque ce dernier fut amen rpondre aux 40 questions que lui avait prpares Abu Hanifa, quelle ne fut la surprise de ce dernier de voir avec quelle simplicit et quelle lumire lImam rpondait sans hsiter ce quil pensait tre trs complexe.
    A la sortie de cet entretien Abu Hanifa tint ce jugement :
    Je nai jamais vu une personne qui matrisait autant que Jafar Cadiq (P) les questions religieuses. [32]
    De mme que Abu Hanifa lImam Malik tira bien des enseignements de ses multiples rencontres avec lImam Jafar (P):
    Jai rencontre plusieurs reprises lImam Jafar (P) mais cela se passait toujours dans lune au moins des trois situations suivantes et rien que ces trois : il prie ou il jene ou il enseigne les matires islamiques. De notre poque nulle oreille na jamais entendu et nul il na jamais vu une personne plus pieuse, plus savante et plus dsintresse des vanits terrestres que lImam Jafar Cadiq. [33]
    Jbir Ibn Hayyan (appel Geber en Occident) le fondateur de la chimie moderne et de toute la science exprimentale tait lun de ses plus clbres disciples. Il rdigea plus de cinq cents opuscules tous dicts par son matre limam Jafar (p).Tous ses crits commenaient par mon matre limam Jafar mavait dit : .
    Lcole Jafarite est lune des cinq coles de lislam, galement appele lcole des Ahlul Bayt (P) et cest la premire des coles de lislam car tant antrieure toutes les autres. Cette cole, bien que portant le nom de limam Cadiq (P) qui tait lun des successeurs du Prophte (P) dsigns par Allah, est la seule cole qui existait du vivant mme du Prophte (P). Les autres coles tant toutes nes plus de cent ans aprs le rappel Dieu du seigneur des envoys (p). La raison de cette appellation est que limam Cadiq (P) plus que tout autre imam (p) a eu lopportunit denseigner aux musulmans en grand nombre la bonne interprtation du coran et la vraie Sunna de son grand pre (P), car son imamat a concid avec la lutte pour le pouvoir entre omeyyades et abbassides.
    Limam Jafar se nourrissait de vinaigre et dhuile et mettait des vtements rudes. Parfois ceux-ci taient trs rapics.
    Il avait lhabitude de travailler son jardin lui-mme. Il perdait souvent connaissance en se rappelant Allah.
    Une nuit, le Calife Abbasside de lpoque fit convoquer lImam par un messager. Celui-ci raconte : Je suis all chez lImam et je lai trouv dans sa chambre prive. LImam avait les joues couvertes de poussire, et suppliait Allah dans la plus grande humilit, les mains leves vers les cieux, les mains et le visage poussireux .
    Ctait un homme charitable et de disposition aimable. Il parlait avec tendresse et se montrait trs coopratif. On avait plaisir travailler avec lui.
    Un jour lImam appela son domestique, Mussadif et lui donna mille dinars pour se prparer un voyage daffaires, en Egypte, car le nombre de sa suite avait augment et il tait ncessaire de rechercher davantage de moyens de subsistance.
    Moussadif acheta des marchandises et partit pour la Syrie avec un groupe de commerants. Lorsquils approchrent de lEgypte, ils rencontrrent un autre groupe de commerants revenant de ce pays. Ils dirent ceux-ci quils possdaient telle sorte de marchandises et quils voulaient savoir si elles taient disponibles en Egypte. Leurs interlocuteurs rpondirent par la ngative. Les marchands prtrent alors serment de ne pas revendre leurs marchandises moins de cent pour cent de bnfice. Ce qui fut fait. Aprs quoi ils retournrent Mdine.
    Mussadif rentra chez lImam avec deux sacs contenant chacun mille dinars. Il lui dit que lun des deux sacs contenait le capital, lautre, les bnfices.
    LImam lui fit remarquer que les bnfices taient excessifs et lui demanda ce quil avait fait des marchandises. Moussadif lui expliqua ce quil avait fait et le serment quil avait prt (de ne pas revendre moins de 100% de profit). LImam stonna quil ait jur de ne pas revendre des articles des musulmans moins de 100% de bnfice !
    Puis lImam prit lun des deux sacs et dit : Celui-ci contient mon capital, et nous ne touchons pas les bnfices . Et dajouter : O Moussadif ! Il est plus facile de combattre avec une pe que de gagner sa vie lgalement (hall) ! .

    Il mourut empoisonn le 25 Chawwl, 148 A.H., lge de 65 ans et fut enterr au cimetire de Bqia Mdine


    -
...
X